Menu

Accueil / Découvrir / Histoire et patrimoine / Le mystérieux puits de Kalom Fall

Le mystérieux puits de Kalom Fall

À Ndande, non loin de Louga, là où la gare désaffectée ne regarde plus passer les trains, le puits de Kalom Fall reste aujourd’hui une curiosité pour le voyageur. Ce grand trou vertical de 34 mètres de profondeur et 11 mètres de diamètre date du XIIIe ou XIVe siècle et n’a pas encore dévoilé tous ses mystères.

Partagez cette page Publié le 23 avril 2021 | 2 commentaires

Le puits de Kalom Fall à Ndande est doté de pouvoirs mystiques assez mystérieux d’après les légendes, et des cérémonies autour de ce grand trou sont encore organisées aujourd’hui.

Le puits se trouve à une centaine de mètres de la gare. Il n’est plus en eau depuis bien longtemps mais conserve des dimensions impressionnantes : une quarantaine de mètres de profondeur et une douzaine de mètres de diamètre. De nombreuses légendes courent à son sujet, concernant en particulier un serpent qui est aperçu périodiquement et qu’il faut amadouer par des offrandes…

La grille qui l’entoure a été installée dans les années 1970 par la Direction du patrimoine national, mais il est raconté que jamais un animal ou un humain n’était tombé dedans.

Le puit de Kalom Fall Le puit de Kalom Fall

Des origines controversées

On ne sait ni quand ni par qui il a été creusé. La tradition orale fait remonter son forage soit à Ndiadian Ndiaye (XIIIe siècle) soit à Kankan Moussa (XIVe siècle) dans l’Empire du Mali. Ce seraient les Sossé, individus de haute taille « dont la voix s’étendait à dix kilomètres ». Selon une autre source, ce sont les Sérères qui auraient creusé ce puits lors de leur migration vers l’intérieur du pays en provenance du Fouta.

Tout ce qu’on sait, c’est qu’un descendant des Sossé de Palème et de Kelle, l’aïeul à la septième génération de l’actuel lamane de NDande et, dit-on, de tous les Damels du Cayor, le nommé Niokh Fall, releva un beau matin tout autour de sa case les traces d’un serpent mouillé. Il alerta ses voisins et tous ensemble se mirent à suivre les traces.

Ils aboutirent à une plate-forme de branchages recouverte de terre. Sous cette trappe apparut le puits plein d’une eau blanchâtre, que Niokh Fall fit remettre en état pour y abreuver ses troupeaux. Le serpent fut honoré et respecté ; si ce n’est lui-même, comme d’aucuns le croient, son descendant habite toujours le puits, dans une caverne latérale. Il est noir, gros comme le bras et inoffensif « comme s’il était réellement apparenté à la famille du lamane. Personne ne sait comment il se nourrit.

On raconte aussi que ce puit fut l’objet d’un combat épique pour son contrôle entre le Damel Lat Dior Ngoné Latir Diop et Madiodio.

puit de Kalom Fall puit de Kalom Fall

Une tradition qui perdure

Les habitants de NDande récurent le puits tous les ans, au moment des semailles, pour se concilier les puissances surnaturelles en faveur d’une belle récolte, et parfois aussi en plein hivernage   quand une sécheresse sévit et menace les cultures, pour la faire cesser.

Alors, au jour visé, le plus ancien diaraf du lamane passe dans toutes les cases du village avec une calebasse de lait caillé, et chaque ménagère y jette une poignée de mil pilé. Arrivé à l’emplacement du puits, il fait, au Nord, au Sud, à l’Est et à l’Ouest de l’ouverture, un petit tas de couscous au lait, en lance un peu au fond du puits et en frotte un peu sur les arbres alentour. Il arrive alors qu’une chèvre soit sacrifiée sur le bord, qu’ensuite ceux qui ont assuré le récurage se partagent et mangent.

Cérémonies autour du puits Cérémonies autour du puits

Ce sont toujours les membres de la famille du lamane qui descendent au fond du puits. S’ils rencontrent le serpent, qui n’est souvent qu’à 50 cm d’eux, ils lui offrent une part de nourriture et continuent à piocher en toute sécurité.

Un tam-tam est enfin ordonné ; les griots jouent et chantent, on bat des mains, on danse et on remercie par des cadeaux les griots, comme de coutume, et le lamane-prêtre et maître de la terre.

Quant à l’eau miraculeuse, la famille du lamane et les gens du village ne sont
pas les seuls à en boire ou à s’en servir pour leurs ablutions. De nombreux étrangers vont ou envoient en chercher dans des bouteilles et des bidons.

Visite du puits de Kalom, patrimoine culturel de la région de Louga

Source : d’après APS et Kha Bamba Diagne

Messages

  • fr

    Belle histoire sur ce puit toujours aussi mysterieux

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • fr

    Bonjour. Ce forum est vraiment interressant, on y apprend beaucoup sur le Sénégal sur de nombreux sujets. A bientôt. Gilbert.

    Répondre

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À la une

  • Salon Meet Sénégal

    Salon Meet Sénégal

Cherchez dans le répertoire

Top