« N’exportons pas nos problèmes » : une campagne pour soutenir les éleveurs de lait africains

Depuis plusieurs années, le secteur laitier européen est en surproduction, entraînant une chute des prix. Les agro-industriels achètent le lait à bas prix, puis se tournent vers les marchés ouest-africains pour écouler le surplus. Les filières locales sont étouffées par ces importations.

Publié le 8 avril 2019   1 commentaire

Lorsqu’il arrive en Afrique, le lait… n’est plus vraiment du lait ! C’est une poudre écrémée qui a été réengraissée à l’huile de palme et qui coûte jusqu’à 30 % moins cher que le lait local.

Ici et ailleurs, les éleveurs boivent la tasse

Ce faux lait envahit et étouffe la filière locale et les éleveurs africains. Et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la plupart des éleveurs européens ne profitent pas de cette croissance exportatrice.

Une campagne pour renforcer les filières locales de produits laitiers

Résumé de la campagne « N’exportons pas nos problèmes »

Plusieurs ONG lancent la campagne « N’exportons pas nos problèmes » pour inciter les pouvoirs publics à revoir les politiques européennes et renforcer la filière locale et équitable de produits laitiers en Afrique de l’Ouest.

N’exportons pas nos problèmes

Voir en ligne : https://www.nexportonspasnosproblem...

Partager 

Lire 1 commentaire

  • ch

    Vous avez 10 000 fois raison.Consommons senegalais et aidons les Bathilly et tous les eleveuses et eleveurs du pays et punissons les soit-disants industriels libano-senegalais...

    Répondre

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

Poster un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message