Les « Ngalanka » font irruption sur les routes sénégalaises

Les motos tricycles, qu’on appelle les « Ngalanka », importées d’Asie, sont désormais nombreuses dans les villes sénégalaises. Sont-elles en train de remplacer les charrettes ?

Publié le 10 décembre 2020   1 commentaire

Transport de vaches route de Kolda

Comme le « taxi jakarta » à Thiès, Kaolack ou à Tambacounda, les motos tricycles ont fait irruption dans les villes sénégalaises. De marque KTM, importées d’Asie, elles offrent des services de transport de marchandises, de ramassage et d’évacuation d’ordures, de transport de matériaux de construction, de fruits, de riz ou de bidons d’eau, ou même de vaches...

Transport de marmites

Elles sont capables d’assurer toutes les fonctions que les charrettes sénégalaises font habituellement. Elles sont devenues un véritable outil de transport dans les zones urbaines et se faufilent dans les embouteillages aux côtés de taxis jaunes et noirs.

Transport d’enfant

En plus d’être rapides et flexibles, elles sont disponibles à tout instant. Elles sont payées à la tâche et l’activité procure des revenus importants. Selon les conducteurs interrogés, les gains journaliers varient de 5 000 à 25 000 FCFA, voir plus. C’est ce qui pousse aujourd’hui nombre de conducteurs (en majorité les Peulh Fouta) à vouloir devenir propriétaires.

Coexistence entre Ngalanka et charrettes

Les charrettes sont-elles destinées à disparaître ?

Amadou Gueye

Partager 

Lire 1 commentaire

  • sn

    un tricycle transport de personnes neuf

    Répondre

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

Poster un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message