Pâte d’arachide et pain de singe

Le ngalakh, un repas de Pâques

Comme pour toutes les religions, le partage est un principe cher au christianisme. Il se matérialise à travers l’aumône et l’entraide, surtout durant les célébrations cultuelles. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre le repas distribué aux non-chrétiens à l’occasion des fêtes de Pâques : le ngalakh.

2 commentaires

Au Sénégal, le ngalakh de Pâque symbolise le vivre ensemble entre chrétiens et musulmans. Pour sa fameuse recette, la famille Cabo habitant le quartier Quinzambougou de la commune de Tambacounda s’est réveillée. Sous nos yeux, Rose, l’aînée de cette famille de huit enfants se pointe au robinet pour chercher de l’eau en vue d’entamer le mélange. Pour préparer le ngalakh, il faut du sucre, du mil, de la pâte d’arachide, du pain de singe, du sucre, de l’arome, de l’ananas, de la noix de coco, du raisin.

Dans la cour, de grands récipients contenant du pain de singe et de la pâte d’arachide. Autour de ces bols, Rose et sa voisine commencent le mélange en attendant que les quelques femmes du quartier arrivent pour leur donner un coup de main.

Préparation du ngalakh

Durant plus d’une heure, elles trempent le pain de singe dans chacun des récipients qui contient déjà de l’eau et de la pâte d’arachide. Au final on obtient un liquide très consistant auquel la pâte d’arachide donne une couleur marron. Parallèlement, du couscous à base de mil est préparé qu’il s’agira ensuite d’ajouter dans ce liquide pour avoir enfin du ngalakh. Quant aux arômes, aux tranches d’ananas, au sucre, au coco râpé, au raisin, c’est pour donner un goût succulent au ngalakh qui est mis au frais pour éviter qu’il ne fermente.

Si certaines familles chrétiennes choisissent le vendredi saint, dernier vendredi du mois de carême, d’autres par contre attendent le lendemain pour préparer ce repas qui est très prisé par les musulmans. Antoinette Cabo explique que si les musulmans aiment le ngalakh, c’est bien parce qu’il a la bénédiction de Dieu. Mais pour beaucoup de prêtres, ce repas n’a pas une histoire particulière de la religion chrétienne.

À la fin de la préparation, des pots, des bouteilles, de petits seaux se bousculent prêts à être remplis et distribués aux voisins et aux proches, qu’ils soient chrétiens ou non. Le ngalakh, en plus de symboliser le partage, renforce la cohésion sociale entre les différentes confessions religieuses au Sénégal.

Le ngalakh

Voir aussi

> Les religions et les croyances du Sénégal

Texte : Amédine Faye, correspondant à Tambacounda.

Partager 

Lire 2 commentaires

  • fr

    Mmmmm, on va se régaler

    Répondre

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

  • sn

    Le ngalax naþionnal est la seule contribution de la cuisine sénégalaise à la gastronomie mondiale e tant entendu que le Ceebu Jën est breveté japonais.

    Répondre

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

Poster un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message