Le fanal de Saint-Louis

Le Fanal est à Saint-Louis du Sénégal ce qu’est le Carnaval à Rio. Un point de convergence culturelle qui disqualifie les appartenances religieuses au profit d’un besoin commun.

1 commentaire

L’événement du fanal a commencé au XVIIIe siècle. La veille de Noël, les signares  , riches femmes métisses, se rendaient à la messe de minuit parées de leurs plus beaux bijoux et accompagnées par leurs servantes et chamberlands. Ces derniers portaient des lanternes illuminées de l’intérieur par des chandelles et les signares passaient dans les rues de l’île en une lente procession. Au fil des années, les Saint-Louisiens ont fait de cette coutume une véritable fête traditionnelle.

De prétexte en prétexte, on a abouti au Fanal des quartiers qui a fait des émules au point de devenir une architecture révélant la mosquée, l’église, le palais du gouverneur ou le pont Faidherbe. Les parrains étaient le maire, le gouverneur ou d’honorables citoyens choisis sur le tas. Les couleurs et les lumières faisaient la joie des populations résidentes et étrangères.

Il a lieu tous les ans au mois au mois de décembre.

Photo : Edy Graeff

Partager 

Lire 1 commentaire

  • fr

    Pour quelles raisons le fanal avait-il été interdit ? je pense dans les années 1950. On ne trouve aucune référence de ce fait.
    Merci

    Répondre

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

Poster un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message